Zone médecins et pharmaciens

Soins de fin de vie

Planification préalable des soins

Le 16 avril a été désigné la Journée nationale de la planification préalable des soins. Le comité d'éthique clinique vous invite à en apprendre plus sur la planification préalable en lisant les capsules d'informations qui suivent. 

Profitez du 16 avril pour parler de la planification préalable des soins avec vos proches et prenez le temps d'y réfléchir pour vous-même ! 

 

Capsule 6 : La famille 

Si votre famille est capable de prendre de bonnes décisions, à quoi sert de faire un plan et d’en discuter? Dans des situations de stress ou de tristesse, les membres de votre famille ne réfléchiront pas nécessairement à ce que vous souhaitez vraiment et ils se poseront peut-être des questions sur les choix que vous avez faits. 

N’oubliez pas de dire à vos proches qui vous avez désigné comme mandataire. C’est cette personne qui parlera en votre nom si vous n’êtes plus en mesure de le faire. 

 

Capsule 5 : Testament de vie et plan préalable 

Si vous avez un testament biologique, c’est un bon début puisque c’est une forme de plan préalable. Toutefois, une démarche importante de la planification préalable des soins c’est la discussion qu’il faut en faire avec nos proches. Ce sont eux qui devront prendre des décisions si jamais vous n’étiez pas en mesure de le faire. C’est important que vos volontés leur soient exprimées clairement. 

 

Capsule 4 : À quel moment a-t-on recours au plan préalable de soins? 

Le plan préalable de soins est utilisé seulement lorsqu’un individu n’est plus apte à prendre des décisions en matière de soins de santé (exemples : un coma ou un stade avancé de maladie dégénérative qui compromet la capacité de faire des choix). Le mandataire se sert alors du plan préalable pour orienter les soins destinés au patient et pour faire valoir ses volontés en matière de traitements et de fin de vie. 

 

Capsule 3 : Données significatives sur la planification préalable 

Selon une enquête réalisée en 2004 par la firme Ipsos-Reid, 70 % des répondants (Canadiens) n’avaient pas préparé un plan préalable de soins. De plus, moins de 44 % d’entre eux avaient discuté de soins de fin de vie avec leurs proches. 

 

Pourtant, des recherches indiquent que les patients qui discutent d’un plan préalable avec leurs médecins et leurs proches ont de meilleures chances d’être satisfaits de leurs soins et sont un moindre fardeau pour les aidants. 

 

Capsule 2 : Choisir un(e) mandataire 

La préparation d’un plan vous permet de désigner un mandataire, une personne qui parlera en votre nom si vous n’êtes plus en mesure de le faire. Elle doit connaître vos volontés, vos choix, vos valeurs et les détails de votre plan préalable. C’est la personne qui consentira aux traitements proposés par les professionnels de la santé ou qui les refusera, selon votre plan préalable de soins. 

 

C’est important de choisir une personne en qui vous avez confiance. Vous devez être à l’aise de discuter avec votre mandataire de vos volontés et de vos choix de soins de fin de vie. 

 

Capsule 1 : La planification préalable des soins, qu'est-ce que c'est? 

La planification préalable des soins est une démarche de réflexion et de communication. C’est un moment qui permet de réfléchir à nos valeurs et à nos volontés en matière de soins de fin de vie dans l’éventualité où l’on ne serait plus en mesure d’accepter ou de refuser des traitements ou autres interventions médicales. 

 

C’est un plan qui peut comprendre de l’information sur des traitements que vous souhaitez recevoir ou non (ex. : recourir à la RCR ou à un ventilateur) ainsi que tout ce qui entoure la fin de vie (ex. : présence de membres de la famille, pratique d’un rituel religieux, mourir à la maison, etc.). 

 

Source : Association canadienne des soins palliatifs, La planification préalable des soins, www.planificationprealable.ca/accrueil.aspx

Soins palliatifs à domicile

Des équipes d’infirmières et de médecins, en collaboration avec les autres services et les partenaires de la communauté,  mettent en commun l’ensemble des connaissances relatives à l’état de santé physique et psychologique de l’usager afin de maximiser les soins visant à l’amélioration de sa qualité de vie. Ils prennent en charge l’évaluation et  la stabilisation de l’état de l’usager, ils assurent les soins requis tels, les soins de plaie et pansements, les soins de sonde ou de colostomie et le contrôle des symptômes de la douleur. 

Qu'advient-il lors de la perte d'un être cher ? 

Consultez notre guide. Vous y trouverez des ressources, des conseils, des coordonnées et d'autres informations qui vous guideront à travers ce parcours. 

Notez que le guide est plus facile à lire lorsque vous l'imprimez. Pliez-le comme un livret.